icon dispensaire visite

Le phénomène de villagisation touche le sud de l’Azawagh depuis plusieurs années. Il est la conséquence des sécheresses récurrentes qui déciment régulièrement le bétail, principale source alimentaire et de revenus pour la population nomade. Des familles s’installent dans un lieu qui leur est familier en raison de leurs traditions – c’est leur territoire ou terroir d’attache. La tente traditionnelle sert d’habitat avant qu’une construction sommaire en dur ne la remplace. Ces territoires d’attache disposent au mieux d’un point d’eau qui, selon les cas, se situera à proximité immédiatement ou à plusieurs kilomètres.

La scolarisation des enfants est souvent impossible ; l’école est trop éloignée du lieu de vie. L’accès à la santé, pour les soins les plus basiques, est assuré par des agents de santé itinérants. Bien souvent, le dispensaire ou l’hôpital les plus proches sont à plusieurs heures de marche voire à plus d’une journée à dos de chameaux.

Dans ces conditions, plus que précaires, la population qui survit sans véritable espoir de voir les conditions de vie s'améliorer, finit un jour par céder au mirage de l’immigration intérieure -vers les grandes villes- ou de l’immigration extérieure -vers d’autres pays3">-.

L’objectif est donc d’aider ceux qui ont décidé de se sédentariser sur leur territoire d’attache, en participant au financement des investissements de base.En s’appuyant sur l’expérience de Chin Fangalan, territoire d’attache devenu « lieu de vie » depuis un peu plus d’une décennie, Masnat a identifié 10 investissements de base nécessaires à la mise en place du processus de villagisation. Ces investissements touchent à la fois : l’accès à l’eau potable,la santé, la sécurité alimentaire -à travers le développement de cultures pour les habitants, la relance de l’élevage sous une nouvelle forme, véritable levier économique pour cette région- et la formation.

On peut estimer en 2014 que le phénomène de villagisation pourrait concerner une soixantaine de territoires d’attache dans les années à venir.

Masnat qui a fortement contribué à la villagisation de Chin Fangalan s’est engagée à accompagner, à la hauteur de ses possibilités financières, les populations de Wila Wila et de Jaboungour en voie d’installation.

A titre d’information, la mise en place des infrastructures de base (10) sur un site est estimée à 150 000€.

 

 

(1) Villagisation et lieux de vie recouvrent la même signification : un endroit où la population s’installe.